26/09/2017 0 33 Views

Après sa brillante prestation au siège de l’Onu : Joseph Kabila à la cérémonie d’investiture du nouveau président angolais João Lourenço à Luanda

Kinshasa 26/09/2017 Politique – Le nouveau président élu de l’Angola João Lourenço a pris officiellement fonction ce mardi. C’était au cours d’une cérémonie officielle  de prestation de serment qui a vu la participation de plusieurs officiels, responsables politique et de son prédécesseur, José Eduardo dos Santos. Parmi les invités de marque présents à ces grandioses assises, la République démocratique du Congo est valablement représentée par son premier citoyen, en la personne de Joseph Kabila Kabange.

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange séjourne depuis ce mardi 26 septembre à Luanda, en Angola. Le chef de l’Etat RD congolais est l’invité de marque au mémorial Agostino Neto, où il est appelé à prendre part à la cérémonie d’investiture du nouveau président angolais élu, M. Joao Lourenço.

Il a été salué à son arrivée à l’aéroport du 4 février de Luanda par le ministre angolais des Affaires étrangères, George Chikoti et de l’ambassadeur de la République démocratique du Congo en Angola, Gustave Béa Siku qu’entouraient tous les membres de l’Ambassade.

Dans la suite du Chef de l’Etat on a noté la présence du ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu et du Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Néhémie Mwilanya Wilondja.

Signalons que le Président Joseph Kabila Kabange a regagné Kinshasa lundi en provenance de New York, siège de l’Organisation des Nations Unies aux Etats-Unis, où il s’est adressé à l’assemblée générale de l’ONU réunie en sa 72ème session annuelle.

Avant de se rendre aux Nations Unies, le Chef de l’Etat avait effectué une tournée à l’intérieur du pays qui l’avait conduit successivement dans les provinces du Haut-Katanga, du Tanganyika et du Kasaï Central.

Rappelons qu’aux Etats-Unis, le Président de la République, Joseph Kabila Kabange a réaffirmé, du haut de la tribune de la 72ème assemblée générale annuelle des Nations Unies à New York, le caractère irréversible du processus électoral en République Démocratique du Congo. «Vu toutes les avancées, j’affirme que le cap vers les élections crédibles et apaisées est définitivement fixé et que notre marche dans cette direction est irréversible», a déclaré le Chef de l’Etat, ajoutant : «le tout sans ingérence extérieure ni diktat quelconque».

Il a invité, à cette occasion, les amis de la RDC à soutenir «sincèrement» le processus électoral en cours. Il s’est félicité de l’enrôlement de plus de 42 millions d’électeurs sur les 45 millions projetés, signalant que la dernière phase de cette opération vient de commencer dans les provinces du Kasaï. Il a cependant reconnu qu’en dépit des avancées enregistrées, «les défis de l’organisation des élections demeurent énormes tant au plan logistique, politique, financier, sécuritaire et normatif».

Par ailleurs, le Président de la République a rappelé que «depuis une année, nous avons engagé un dialogue permanent de règlement des différends politiques». Il a, à ce sujet,  témoigné la reconnaissance de son pays à l’Union africaine (UA) et à la communauté internationale pour leur accompagnement dans ce processus, avant de saluer les efforts de la classe politique de la RDC, lesquels ont débouché sur l’accord global du 31 décembre 2016 ayant pour objectif ultime : l’organisation des élections.

Selon le Chef de l’Etat, la paix, la stabilité, la sécurité et l’amélioration des conditions de vie de la population constituent les priorités du gouvernement. Evoquant la situation sécuritaire du Kasaï, Joseph Kabila a rappelé qu’il y a 72 ans, l’ONU  «est née de l’ambition de refonder les rapports entre Etats sur la base du principe de l’égalité souveraine et de la volonté de garantir la paix et la prospérité pour tous». Cette ambition demeure pertinente et quotidiennement portée à l’engagement des femmes et des hommes déterminés à la faire triompher parfois au péril de leur vie.

Face à la montée du terrorisme sous ses formes diverses, il est incontestable que le monde auquel nous aspirons dépend de ce que nous réservons aux questions de paix et de sécurité. «Depuis une année, a-t-il dit, mon pays est victime d’attaques terroristes menées par certains groupes armés, notamment dans les provinces du Kasaï, voir dans la capitale et dont l’objectif est d’anéantir la paix chèrement acquise et contrarier la vie publique de solution consensuelle»

Il a relevé que le dialogue reste le mode de règlement des conflits politiques. C’est ainsi que  dans le Kasaï, une milice d’un groupe tribal se servant de la population civile, dont les enfants comme bouclier humain, s’était attaqué aux personnes, aux édifices publiques qui symbolisent l’autorité de l’Etat pour ainsi semer la terreur auprès des agents électoraux, des autorités coutumières ainsi que dans l’ensemble de la population.

Il a déploré à cet effet la barbarie ayant causé la mort de deux enquêteurs de l’ONU en mars 2017 dans la province du Kasaï. «Notre détermination est de faire en sorte que les responsabilités sur cet assassinat soit déterminées afin que cet acte ignoble ainsi que ceux de nos populations victimes ne restent pas impunis».

C’est le sens de la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement qui vient de se tenir avec pour objectif d’établir la vérité sur ce qui s’est réellement passé dans cette province du centre du pays, en vue de promouvoir la réconciliation entre filles et fils de ces provinces et d’affirmer notre conviction que la paix passe particulièrement par la justice et qu’il n’y a pas de paix véritable et durable sans justice. La RDC reste ouverte à toute forme de collaboration à ce sujet.

Dans la partie orientale du pays, Joseph Kabila a porté à la connaissance de la communauté internationale les efforts considérables des forces nationales de défense et de sécurité qui ont permis de contenir les attaques terroristes des ADF qui endeuillaient quotidiennement la population. «Nous sommes convaincu que l’initiative de coopération sous régionale entre la RDC, le Soudan du sud et la République Centrafricaine permettra d’endiguer la menace terroriste».

S’agissant du changement climatique, le Chef de l’Etat a rassuré les Nations Unies que la RDC et les autres pays du bassin du Congo qui constituent ensemble la 2ème réserve forestière mondiale sont tous liés à l’amélioration de la qualité de vie sur notre planète. Selon lui, la RDC attend tenir tous ses engagements de l’Accord de Paris.

Il a affiché la même détermination dans la lutte contre les violences sexuelles, tout en se félicitant de la volonté manifestée par la justice de mettre fin à ces crimes afin qu’aucun des auteurs ne soit épargné.

Il s’est également félicité de la promotion de l’accès à l’éducation de la jeune fille, dont le taux de scolarité est passé dans les 10 ans de 70% à près de 105%. Cela est dû principalement à l’accent mis sur l’équité, l’amélioration de la qualité de l’apprentissage et l’amélioration de la gouvernance dans le secteur, a reconnu le Président de la République.

Abordant la question du redimensionnement de la MONUSCO, Joseph Kabila a indiqué qu’après 20 ans de son déploiement en RDC, la force onusienne ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment dans ce pays ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées. Il a indiqué, à ce sujet, que la RDC maintient le dialogue stratégique avec les Nations unies sur l’avenir de la MONUSCO.

Célestin Lutete/MMC 

Previous Le Président Joseph Kabila confirme l’irréversibilité des élections
Next Une “victoire” de la RDC au Conseil des droits de l’homme prend les Etats-Unis à contre-pied

You might also like

Nouvelles 0 Comments

Attaques des FLDR contre le Rwanda : une ruse de Kagame

Accusé par des experts de l’Onu et acculé sérieusement par la communauté internationale pour son soutien aux rebelles du M23, le Rwanda n’a plus d’arguments pour justifier sa présence dans

Nouvelles 0 Comments

Le Sénat et l’Assemblée nationale déclenchent la diplomatie parlementaire pour le suivi de l’action du gouvernement sur la guerre à l’Est

Les deux chambres du Parlement ont convenu à la faveur de la réunion de leurs bureaux de recourir à la diplomatie parlementaire pour s’assurer du suivi de l’action gouvernementale dans

Nouvelles 0 Comments

Triste destin de l’UDPS qui paraît atteinte de ménopause politique !

Le plus grand parti de l’opposition congolaise, l’UDPS, s’essouffle-t-il de l’usure du temps, de l’engluement de son combat contre la dictature, des dissensions et défections internes dont le parcours de