Au nom d’un pseudo ” Éveil patriotique ” , l’évêque Pascal Mukuna, chef de l’église Association Chrétienne de Kinshasa ( ACK ),
qui se présente désormais comme le défenseur attiré de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, l’actuel Président de la République et dont il se prévaut des affinités d’ordre tribal – s’est illustré ces derniers mois, par une campagne médiatique haineuse contre le Président de la République Honoraire, Sénateur à vie et autorité morale du Front Commun pour le Congo – FCC – Joseph Kabila Kabange.

« Joseph Kabila contrôle la justice, l’armée, le parlement, les services de sécurité, les cerveaux des politiciens du FCC, en même temps trafiquant des minerais, commerçant, homme d’affaires, bref c’est un El Chalpo, un Pablo Escobar, parce qu’il a pris le Congo en otage, il mérite la prison », a-t-il lancé, dans l’une des ses récentes sorties médiatiques.
Des propos diffamatoires et qui portent sérieusement, atteinte à la dignité, à l’honneur et à l’intégrité physique d’une personne – de surcroît- un ancien Président de la République ,
l’homme grâce à qui, le pays a connu sa première alternance politique, symbolisée par la ” passation pacifique et civilisée du pouvoir ” , au sommet de l’Etat le 24 janvier 2019.

Une campagne tribalo-haineuse sous couvert d’un pseudo ” Éveil Patriotique”.

En commençant par Mukuna lui-même et les quelques personnes qui le soutiennent, notamment Jean-Caude Katende, Franci Kalombo, Zacharie Bababaswe – tous Kasaïens –
et le parrainage du Président de la République , dont ils se targuent des affinités tribales, le pseudo ” Éveil Patriotique “, loin d’être un mouvement citoyen, apparaît aujourd’hui, aux yeux d’une certaine opinion congolaise, comme une véritable machination politicienne, orchestrée par une coterie tribaliste et regionaliste, dans le seul but de nuire à Joseph Kabila, à sa famille biologique et politique.
Une dérive dangereuse d’autant plus, qu’elle ne laisse plus indifférents , ses sympathisants de Joseph Kabila au sein du Front Commun pour le Congo (FCC) et ses frères – de “
l’espace Grand Katanga.
Ces derniers sont désormais mobilisés et prêts à le protéger, quoi qu’il en coûte.

Sur son compte tweeter au mois de février dernier, un membre de ” l’espace Grand Katanga ” – de surcroît homme de Dieu – en la personne du pasteur Daniel Ngoy Mulunda, ancien Président de la CENI n’a pas hésité de déclarer ce qui suit : « Ce que fait Pascal Mukuna n’est ni éveil patriotique, ni prophétique mais une mobilisation tribalo-Kasaienne basée sur la haine, la jalousie et l’ingratitude. Il doit savoir qu’il a allumé un feu qui ne sera éteint que par un autre feu ».

Mukuna crache sur les mains qu’il a léchees des années durant…

Il n’est plus un secret pour personne, que pendant plus d’une dizaine d’années, Mukuna a développé des
relations porteuses des multiples avantages tant financiers que matériels avec le Président de la République Honoraire Joseph Kabila, jusqu’à sa participation à la campagne présidentielle de son dauphin Ramazani Shadari.
C’est dans ce contexte, qu’ une frange importante de la population congolaise , désemparée , a du mal à digérer, ce rétropédalage à 360 degrés de ce gourou , en poignardant son bienfaiteur dans le dos, tout en apportant un soutien inconditionnel au nouveau Président et frère de tribu.

Cette attitude de Mukuna met à nu, le degré d’immoralité, observée chez un bon nombre des pasteurs charlatans, qui pullulent la RDCongo.
Quand un homme de Dieu – sous sa toge ” d’Evêque ” – se retourne méchamment , sans honte ni vergogne , contre la main qui l’a nourrie, ce dernier ne mérite plus aucun respect.
Au contraire, tout devrait être mis en œuvre, pour le désacraliser , afin de protéger des nombreux fidèles qui – d’une manière inconsciente – sont tombés dans les mains d’un faux pasteur – par aliénation mentale – et dont les actes posés, frisent le satanisme.

C’est qui est choquant dans cette machination tribalo-politicienne, c’est ce silence quasi-coupable de la part du nouveau Président – ou de son entourage – face au comportement de tous ces ” fous du roi “, dont ce gourou Mukuna qui se présente comme son défenseur et protecteur, face à un ” méchant Kabila ” , qui bloquerait ses actions politiques. Ce qui pousse certains observateurs avertis, à affirmer que Pascal Mukuna serait utilisé par une main noire avec l’intention d’ écarter un potentiel challenger de taille, aux prochaines élections de 2023.

Si Joseph Kabila a laissé un pays en “épave ” , à quoi ressemble aujourd’hui , la RDC sous F. Tshisekedi ?

Il complètement absurde d’accuser Joseph Kabila d’avoir ” laissé le Congo en épave ” – comme l’a affirmé, récemment Pascal Mukuna. À la rigueur – ceci s’apparente – à la pure sorcellerie.

En effet, les analystes objectifs notent, qu’à son arrivée au pouvoir en 2001, le jeune Président Joseph Kabila avait trouvé un pays en ruines et confronté à une guère d’agression. Conséquences logiques, le pays était divisé en plusieurs zones d’iinfluence et de non-droits. La RDC n’avait à l’époque, que USD 50 millions des réserves en devises.

Après la
” passation pacifique et civilisée du pouvoir ” le 24 janvier 2019, Joseph Kabila lègue à son successeur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, un pays stable avec des institutions légalement installées ; une armée forte et républicaine ( désormais classée parmi les plus performantes du continent) ; une banque centrale avec USD 1,3 milliards en devises (après l’organisation des élections sur fonds propres de l’ordre de USD 500 millions) ; une économie productive en pleine croissance de de l’ordre de 5,8%.

Juste quelques mois après , sous Félix Tshisekedi, ce taux de croissance est tombé à 4,6%.
Par ailleurs, on note qu’au mois de mars 2020, USD 600 millions ont été dégarnis de la banque centrale sur les USD 1,3 milliards laissés par Joseph Kabila – pour entre autres – financer les fameux travaux de 100 jours de Félix Tshisekedi pour plus de USD 360 millions . Ces mêmes travaux qui, aujourd’hui, sont perçus par la population
congolaise , comme une véritable arnaque au sommet de l’État et dont les responsabilités administrative et politique du Chef de l’État lui-même, ne sont pas à exclure.
Au point où tout le monde est presque unanime à reconnaître que le pays laissé par Joseph Kabila, a sérieusement régressé en juste 17 mois , après la première alternance politique à la tête du pays .
Les Congolais en général et les Kinois en particulier, viennent de découvrir en effet, le grand fossé qui existe entre le chapelet des promesses de Félix Tshisekedi et les réalisations sur terrain. Malgré ses discours très durs envers Kabila dans l’opposition , l’opinion publique congolaise vient de réaliser, que le nouveau Président n’a jamais eu un projet de société alternatif, à opposer à celui de son prédécesseur.
Les différents bains de foule désormais, réservés à l’ancien Président de la République Joseph Kabila – à chacune de ses sorties dans les rues de Kinshasa, avec un appel clair pour son retour aux affaires, ne constituent-t-ils pas un message politique fort, lancé par les Kinois ?
La population Kinoise ne semblent-t-elle pas enfin réaliser , qu’elle a été longtemps dupée par des nombreux discours démagogiques et haineux à l’égard de J. Kabila – comme c’est le cas – à présent avec un certain Pascal Mukuna ?

La colère de Dieu sur un charlatan est sans appel…

Même si c’est pour se rapprocher du nouveau pouvoir, incarné par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Chef de l’église ACK, Pascal Mukuna est allé trop loin , en développant systématiquement, un discours de haine, de diabolisation, de diffamation et de dénonciation calomnieuse contre Joseph Kabila, celui-là même qui, des années durant , s’était plutôt montré très généreux à son égard.

Un sexetape balancé sur les réseaux sociaux fait découvrir à l’opinion tant nationale qu’internationale, le côté sadique et pervers de Monsieur Pascal Mukuna, bien connu sous sa toge ” d’Evêque “.

Dans cette vidéo on découvre en effet, Madame Mamitsho – veuve du prophète Kantshia et ancien collaborateur de Mukuna – entrain de subir le martyre sexuel de la part de ce faux pasteur , pour une affaire d’héritage immobilier.
À en croire la victime, pendant des mois, l’escroc et Chef de l’église ACK, s’est servi d’elle, pour ses défoulements sexuels , afin qu’elle rentre dans ses droits.
Par ailleurs, dans un élément sonore disponible sur les réseaux sociaux, Madame Mamitsho affirme en effet, que le pornographe Mukuna s’est servi de son parrainage politique – sous Félix Tshisekedi – pour la faire soumettre à toutes ces perversités sexuelles. En un mot, comme en cent, il s’agit bel et bien d’un cas de viole à répétition, sur fond d’une escroquerie !

Au lendemain de ce scandale sexuel – pour couvrir sa honte – ce gourou d’une secte mono – ethnique – a tenté de jouer à la diversion de l’opinion, en actionant une ” plainte – bidon ” contre Joseph Kabila, tout en sachant bien , qu’elle n’a aucune chance d’aboutir.

Voilà comment Dieu a voulu punir ce charlatan – qui s’est servi de son nom – tout en ne respectant pas la frontière entre ce qui relève du domaine Divin et du champ politique. Dans sa démarche sadique, Pascal Mukuna a voulu garder un pied dans l’un et un pied dans l’autre, en poignardant Joseph Kabila dans le dos. D’où sa chute fracassante du piédestal de ce monstre pervers, dont sa place est desormais en prison.

✍? Guy MOMAT
Analyste Politique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *