L’inusable groupe musical congolais va faire vibrer la capitale belge, le 29 février 2020, au Palais des Beaux-Arts, en Belgique. Jossart Nyoka Longo et ses compagnons qui quittent Kinshasa bientôt vont faire revisiter aux mélomanes d’outre-méditerranée le riche répertoire de cet orchestre cinquantenaire.

Sauf changement de dernière minute, la mythique formation musicale Zaïko Langa Langa « Nkolo Mboka » va prester, ce 29 février, à la grande Henry Le Bœuf du Palais des Beaux-Arts. Cet orchestre cher à Jossart Nyoka Longo va célébrer ses 50 ans d’existence sur la scène musicale congolaise et africaine. Des communautés congolaises et africaines d’outre-méditerranée s’apprêtent déjà à recevoir l’inusable groupe musical.

En 50 ans, l’orchestre a connu plusieurs chanteurs à succès, notamment Dindo Yogo. « Lorsque le groupe naît, personne ne parie sur sa longévité, explique le chroniqueur Samuel Malonga. Depuis, l’orchestre est entré dans le panthéon des formations musicales congolaises comme étant celle qui a eu une longue vie. » Le groupe voit le jour le mercredi 24 décembre 1969 sous les décombres de l’orchestre Belguide qui vient d’être dissout. Le premier cercle se forme autour du chanteur Jules Presley (Papa Wemba), du soliste Pépé Felly (Manuaku Waku), de Teddy Sukami à l’époque secrétaire administratif de Belguide et de Jersy (Jossart Nyoka Longo), relate Samuel.

À leur côté se trouvent les fondateurs DV Moanda, Henri Mongombe, André Bita et Marcellin Delo. La première répétition du groupe a lieu le 25 décembre 1969 avec deux musiciens seulement (Manuaku et Wemba). Quelque temps plus tard, le groupe s’élargit avec l’arrivée d’autres membres dont le soliste Matima (qui quitte Stukas), l’accompagnateur Zamuangana (qui abandonne le foot et le FC Juventus au profit de la musique), les chanteurs Evoloko et Mavuela, Mbuta Mashakado (chanteur pop), Damien Ndebo, Oncle Bapius (basse), Mazaza, Baudouin Mitsho, Nzimbi (percussion), André Bimi (batteur), Otis Mandala,  Auguy Olemi Eshar et Pierre Nkumu. Gina Efonge (chant) et Meridjo (batterie)  intègrent le groupe en 1971, Bozi Boziana en 1973 pour suppléer l’absence d’Efonge Gina en convalescence. Une constellation d’artistes qui fait de cet orchestre une grande pépinière de  beaucoup de musiciens de renom qu’a connu la République démocratique du Congo.

Un demi-siècle d’existence après, Zaïko Langa Langa est l’un des orchestres congolais, sinon, l’unique à avoir résisté dans le temps. Dans les années 1970, alors que le OK Jazz du Grand maitre Franco Luambo Makiadi cartonnait aux côtés d’African Jazz du Grand Kallé Jeff (Joseph Kabasele Tshiamala) et même Afriza de Rochereau Tabu Ley, Zaïko Langa Langa avait déjà droit de cité dans cet univers des géants de la chanson congolaise. Surréaliste, ce groupe a traversé les générations au point de rester quasiment le seul vieil orchestre encore en activité jusqu’en 2020.

Dido Nsapu sur https://www.digitalcongo.net/article/5e4fd0d7fbfd170004a6d28f/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *