Congo : les conséquences du passé tragique du caoutchouc

Avertissement : Cet article contient une image que les lecteurs peuvent trouver pénible.

Nous sommes en 1904 à l’État indépendant du Congo (actuel RDC). Le traitement infligé aux travailleurs du caoutchouc de pays a donné lieu à la première campagne photographique au monde en faveur des droits de l’homme.

Dans cette collection, une photo particulière a provoqué un tollé en Europe, celle d’un homme, sur le bord d’une terrasse en bois, regardant deux objets vers le bas. 

Nsala regarde la main et le pied coupés de sa fille Boali, âgée de cinq ans, une photographie en noir et blanc prise par Alice Seeley Harris. 

Anti-Slavery InternationalLa photo de Nsala regardant la main et le pied coupés de sa fille de cinq ans, prise par Alice Seeley Harris en 1904.
La photo de Nsala regardant la main et le pied coupés de sa fille de cinq ans, prise par Alice Seeley Harris en 1904.

En arrière-plan, des palmiers, deux autres hommes fixent sinistrement leur ami ou peut-être le photographe, c’est difficile à dire. 

La photo a été prise en 1904 dans un avant-poste missionnaire à Baringa. La femme de Nsala et ses enfants venaient alors d’être tués.

Lire aussi :

La Belgique s’excuse pour les enlèvements d’enfants métisses à l’époque coloniale

Macron reconnaît “les crimes de la colonisation”

Anti-Slavery InternationalMissionnaire et photographe anglaise Alice Seeley Harris traversant un pont au Congo belge, vers 1900
Alice Seeley Harris et son mari sont arrivés au Congo en août 1898.

Imprimées sous forme de dépliants et exposées lors de réunions publiques, les images poignantes d’Alice ont constitué la première campagne photographique au monde en faveur des droits humains. 

La pression publique qui en a résulté, a finalement forcé le roi Léopold II de Belgique – cousin de la reine Victoria – à relâcher son emprise sur la colonie décrite dans le roman Au c œur des ténèbres . 

Lire aussi :

Le Royaume-Uni rend les cheveux d’un empereur éthiopien

L’Allemagne restitue des ossements à la Namibie

Le caoutchouc, une denrée rare 

Retour 70 ans en arrière à New York, en 1834, un jeune homme pauvre, malade mais optimiste, a frappé à la porte de la Roxbury India Rubber Company. 

Charles Goodyear avait atterri en prison pour dettes lorsque l’entreprise familiale de quincaillerie a fait faillite, mais il avait l’intention d’inventer un moyen de se sortir de ses difficultés financières. 

Sa dernière idée était un type amélioré de soupape d’air pour les gilets de sauvetage gonflables en caoutchouc. 

Getty Images

Malheureusement pour Goodyear, le directeur a adoré sa valve – mais a avoué que son entreprise était au bord de la ruine. 

Il n’était pas seul. Partout aux États-Unis, les investisseurs avaient investi de l’argent dans cette nouvelle substance miraculeuse – extensible, flexible, étanche à l’air et imperméable – mais tout allait terriblement mal.

Lire aussi :

Que savez-vous sur les ‘trésors pillés’ d’Afrique ? 

Un Musée des civilisations noires à Dakar

Le caoutchouc était connu depuis longtemps en Amérique du Sud, et les Européens ont signalé pour la première fois son existence dans les années 1490 que les indigènes fabriquaient “une sorte de cire” à partir d’arbres qui “donnent du lait à la coupe”. Ce “lait” était du latex – il se trouve entre l’écorce intérieure et extérieure. 

Une partie du caoutchouc a fait son chemin vers l’Europe, mais surtout par curiosité. Dans les années 1700, un explorateur français a apporté le nom “caoutchouc” d’une langue locale – il signifiait “bois pleureur”. Le scientifique Joseph Priestley a donné son nom commun quand il a remarqué qu’il effaçait les marques de crayon sur le papier. 

Getty Images

Carte de collection d’un lot de 1910 montrant l’extraction du “caoutchouc”.

Dans les années 1820, une quantité croissante de caoutchouc était expédiée du Brésil vers le monde entier et transformée en manteaux, chapeaux, chaussures et gilets de sauvetage gonflables. Puis est arrivé un été très chaud, et les entrepreneurs ont regardé avec consternation leurs stocks fondre en une boue nauséabonde. 

Goodyear a vu sa chance. 

Une fortune attendait celui qui pourrait inventer un moyen de faire en sorte que le caoutchouc résiste à la chaleur et au froid, qui le rendait cassant. C’est vrai, Goodyear n’avait aucune formation en chimie, et pas d’argent, mais pourquoi cela l’arrêterait-il ?

Lire aussi :

La Côte d’Ivoire peine à exporter son caoutchouc

Pendant des années, il traîna de ville en ville sa femme Clarissa et leur couvée grandissante, louant des maisons de plus en plus insalubres, mettant en gage leurs biens de moins en moins nombreux et accumulant les dettes.

Quand Clarissa n’était pas en train de nourrir les enfants, Charles réquisitionnait ses casseroles pour mélanger le caoutchouc avec tout ce qui lui venait à l’esprit : magnésium, chaux, noir de carbone. 

Il finit par trouver la réponse : chauffer le caoutchouc avec du soufre. C’est un processus que nous appelons maintenant vulcanisation. 

Getty Images

Charles Goodyear fait la démonstration du procédé de vulcanisation

Malheureusement pour le long martyr de Clarissa, cela a conduit son mari à emprunter encore plus d’argent pour des procès afin d’essayer de protéger ses brevets. Il est décédé en devant 200 000 $ (environ 118 millions de FCFA). 

Mais la ténacité de Charles avait placé le caoutchouc au cœur même de l’économie industrielle. Il était dans les courroies, les tuyaux et les joints, utilisés pour sceller, isoler et absorber les chocs. 

A regarder :

La danse en bottes de caoutchouc s’est développée dans les mines d’or sud-africaine.

À la fin des années 1880, l’inventeur écossais John Dunlop fournit la pièce manquante du puzzle en réinventant le pneu, qui avait été développé quelques décennies auparavant, mais qui n’avait pas réussi à décoller.

Dunlop était vétérinaire. Il avait bricolé le tricycle de son fils, essayant de trouver un moyen d’amortir les chocs. Les fabricants de vélos ont rapidement compris les avantages, tout comme l’industrie automobile naissante. 

Getty Images

Le fils de John Dunlop photographié sur la première bicyclette à avoir des pneus pneumatiques

La demande de caoutchouc a explosé. Les puissances coloniales d’Europe ont entrepris de défricher de vastes étendues d’Asie pour y planter l’hévéa brasiliensis, plus connu sous le nom d'”arbre à caoutchouc”. 

Mais ces nouvelles plantations d’hévéa prenaient du temps à pousser, et des centaines d’autres plantes produisent aussi du latex, en quantités variables – même d’humbles pissenlits. 

Dans la forêt tropicale du Congo, il y avait des vignes qui pouvaient être exploitées pour répondre immédiatement à la demande.

Lire aussi :

PSA va produire des véhicules en Algérie

Un Nigérian achète la voiture de Schwarzenegger

Du caoutchouc à tout prix !

Comment obtenir ce caoutchouc, le plus rapidement et le plus souvent possible ? 

En l’absence de scrupules, la réponse était d’une simplicité affligeante : envoyez des hommes armés dans un village, enlevez les femmes et les enfants, et si leurs hommes n’ont pas rapporté assez de caoutchouc, coupez une main – ou tuez une famille. 

Certaines choses ont changé depuis que Nsala a rencontré Seeley Harris à Baringa. Plus de la moitié du caoutchouc dans le monde ne provient plus du “bois qui pleure” mais du jaillissement du pétrole. 

Les tentatives de fabrication de caoutchouc synthétique ont commencé lorsque le caoutchouc naturel est devenu populaire et ont pris leur envol pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Les lignes d’approvisionnement en provenance d’Asie ayant été interrompues, le gouvernement américain a poussé l’industrie à développer des produits de remplacement. Le caoutchouc synthétique est souvent moins cher, et parfois meilleur – par exemple pour les pneus de vélo. 

A regarder :

pneu

Mais pour certaines utilisations, vous ne pouvez pas encore battre un peu d’Hevea brasiliensis . Environ les trois quarts de la récolte mondiale de caoutchouc sont consacrés aux pneus pour les véhicules lourds. 

Et comme nous fabriquons de plus en plus de voitures, de camions et d’avions, nous avons besoin de plus en plus de caoutchouc pour habiller leurs roues, et c’est difficile.

L’hévéa a soif, les écologistes s’inquiètent donc des pénuries d’eau et de la biodiversité, car la forêt tropicale humide de l’Asie du Sud-Est cède de plus en plus la place aux grandes plantations.

Getty Images

Des ouvriers récoltant la sève des hévéas de la plantation d’hévéas au Cambodge

Cela se passe aussi en Afrique.

Parcourez 1 000 km à travers la forêt tropicale de Baringa, où Seeley Harris a rencontré Nsala, à l’ouest et légèrement au nord, et vous arriverez à Meyomessala au Cameroun, qui fait partie de la réserve de faune du Dja, site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Tout près, la plus grande entreprise mondiale de transformation du caoutchouc, Halcyon Agri, défriche des milliers d’hectares pour l’hévéaculture sur sa plantation Sudcam.

Des groupes environnementaux tels que Greenpeace, le WWF et le Centre pour la recherche forestière internationale ont tous fait part de leurs préoccupations quant à l’impact du déboisement dans la région. Certains villageois prétendent qu’ils n’ont pas été correctement indemnisés pour la perte de leurs terres.

A Lire :

L’ex-président kényan Daniel Arap Moi condamné pour expropriation de terres 

Afrique du sud, des fermiers blancs expropriés ?

En réponse, en novembre 2018, Halcyon Agri a annoncé une nouvelle politique de chaîne d’approvisionnement ” durable ” et a lancé une Commission de durabilité couvrant son travail au Cameroun.

Promettant d’aborder les conditions de travail, l’acquisition et l’utilisation responsable des terres, la protection de l’écosystème et les pratiques éthiques, la société a reconnu qu’elle ” comprend son rôle et son obligation de minimiser son impact sur l’environnement tout en continuant à répondre à la demande croissante pour une matière première indispensable à la vie moderne “.

Halcyon Agri est une filiale de Sinochem, une entreprise publique chinoise. La demande de caoutchouc d’une grande puissance étrangère suscite donc toujours la controverse en Afrique. Mais maintenant que la controverse porte sur l’abattage d’arbres, pas sur les mains. 

C’est un progrès, en quelque sorte.

L’auteur écrit la chronique Undercover Economist du Financial Times. 50 choses qui ont façonné l’économie moderne est diffusé sur BBC World Service. 

https://www.bbc.com/afrique/amp/region-49131266?__twitter_impression=true