UDPS : mise en place d’une commission pour auditionner les députés provinciaux après l’échec du parti aux sénatoriales

Kinshasa, 16 mars 2019 (ACP).- Le secrétaire général adjoint  de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Rubens Nikondo, a annoncé samedi 16 mars à Kinshasa que son parti va mettre en  place une commission pour auditionner les députés provinciaux de ce parti, qui n’ont pas pu voter ne fut-ce qu’un seul sénateur, par exemple à Kinshasa.

«Pour nous, c’est vraiment une désolation de voir que là où nous avons des députés provinciaux qui pouvaient nous produire deux ou trois sénateurs – comme à Kinshasa par exemple, on avait tablé sur trois sénateurs et au Kasaï-Oriental, on avait tablé sur au moins deux sénateurs et que cela ne soit pas ainsi – c’est un sentiment de frustration, de désolation ! », a affirmé Rubens Nikondo.

Pour lui, ces députés provinciaux viennent de démontrer qu’ils n’ont pas été à l’école de la lutte contre les antivaleurs.

Des militants de l’UDPS  en colère contre leurs députés provinciaux

 A Kinshasa, plusieurs militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)  sont descendus  samedi  dans la rue pour manifester  contre leurs députés provinciaux qui n’ont pas réussi à faire élire ne fut-ce qu’un seul sénateur dans la ville Kinshasa.

Ils scandaient des propos hostiles non seulement contre leurs députés provinciaux, mais aussi  contre le Front commun pour le Congo (FCC) que ces protestataires  accusent  d’asseoir sa suprématie au Parlement congolais sur fond de corruption.

Ils en tiennent pour preuve le résultat des sénatoriales à Kinshasa, où l’UDPS, qui compte douze députés provinciaux, n’a obtenu aucun siège. Pourtant, pour être élu sénateur dans la circonscription de Kinshasa, un candidat n’a besoin que de quatre voix.

Les manifestants,  qui ont crié à  une haute trahison  de la part de leurs élus provinciaux, ont brulé des pneus sur le boulevard Sendwe à la place Pont Gabu,  saccagé le siège provincial du PPRD sur le même  boulevard,  dressé des barricades sur les voies qui mènent au siège de leur Parti à Limeté  ainsi qu’au croisement du boulevard Triomphal et l’avenue ex-Huilerie.

Ils ont gagné l’esplanade du Palais du peuple – siège du Parlement, où ils brulé d’autres pneus, avant de reprendre leur marche sur l’avenue ex-24 Novembre. La police, qui  suit de près ces manifestants, s’active à éteindre le feu laissé par les manifestants.

 Vive tension  Mbujimayi

 Une vive tension a été observée ce samedi depuis le matin, dans la ville de Mbujimayi au lendemain des élections sénatoriales dans la province du Kasaï Oriental, où des combattants de l’UDPS/Tshisekedi protestaient contre la non élection des candidats du parti comme sénateurs, alors que l’assemblée provinciale est constituée en majorité des députés de ce regroupement politique.

Des centaines de combattants, criant à la traitrise et à la corruption, se sont attaqués aux résidences des députés provinciaux de l’UDPS et quelques-uns de FCC, réclamant leur invalidation en faveur des suppliants. Des barricades ont été érigées sur les principales artères de la ville de Mbujimayi par des militants courroucés qui ont cassé à l’aide des  quelques résidences ciblées.

Deux résidences des députés UDPS ont même été incendiées après avoir été pillées, et des pneus ont été brûlés pour bloquer  toute circulation. Un jeune manifestant a été touché au niveau de l’épaule gauche par une balle tirée  par un policier qui tentait de disperser les protestataires.

La police a été déployée à travers les zones troubles pour disperser les manifestants afin d’éviter le pillage des maisons ciblées et tout débordement de nature à troubler l’ordre public et la paix sociale. Le gouverneur de province ad intérim, Jean-Pierre Mutanda Kabuya a fait le tour de la ville appelant ses administrés au calme, à l’unité, à la tolérance, à utiliser les voies légales de contestation.

Parmi les 4 sénateurs élus dans la province du Kasaï Oriental, il n’y a  qu’un seul de l’UDPS/Tshisekedi, alors que ce parti compte la majorité de membres au sein de cette première institution provinciale.

Appel à la démission de Jean Marc Kabund 

À Goma, les militants de l’UDPS ont fait samedi un sit-in  devant le siège du parti pour protester contre l’échec de leurs candidats aux sénatoriales tenues vendredi dans les 24 provinces du pays.

Ils accusent notamment le  FCC de Joseph Kabila, qui a largement remporté le scrutin parlent, d’avoir  corrompu  leurs députés provinciaux.

Ces militants, qui ont brûlé des pneus  devant la permanence du parti en signe de protestation exigent aussi  la démission de Jean Marc Kabund, secrétaire général de leur parti et l’interpellation des députés « corrompus

Au Nord-Kivu et à Maï-Ndombe, le scrutin est prévu en mai prochain pour élire 8 sénateurs, à raison de quatre pour chacune de  province.

Radiation de députés provinciaux corrompus

 À Lubumbashi des sympathisants de l’UDPS Matshipitsha ont manifesté samedi  devant le bureau de la MONUSCO pour dénoncer « la corruption lors des élections des sénateurs. »  Ils ont marché depuis leur permanence, calicots en main et scandant des chansons pour appeler le président de la République, Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à écouter sa base et radier de l’UDPS tous les députés provinciaux membres de ce parti.

Le porte- parole des manifestants, Alexis Kanga Bongo, a  laissé entendre que le peuple, qui soutient le programme du président Tshisekedi dans sa lutte contre la corruption, ne peut pas la cautionner au sein des institutions étatiques. « Nous sommes venus effectivement dénoncer l’ampleur de la corruption au niveau institutionnel dans ce pays, qui ne permettra pas à notre président de bien gouverner », a-t-il déclaré.

ACP/Fng/KJI sur http://acpcongo.com/udps-mise-en-place-dune-commission-pour-auditionner-les-deputes-provinciaux-apres-lechec-du-parti-aux-senatoriales/