Europe : l’explosive réponse de Berlin à Macron

Installation définitive du Parlement à Bruxelles, mise en chantier d’un porte-avions européen… Les propositions de la nouvelle patronne de la CDU décoiffent.

La nouvelle patronne de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a lâché plusieurs pavés dans la mare dans une tribune publiée le 10 mars dans le journal dominical « Welt am Sonntag ».

Les élections européennes tournent à l’affrontement entre la France et l’Allemagne. La nouvelle patronne de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a lâché plusieurs pavés dans la mare, dans une tribune publiée le 10 mars dans le journal dominical Welt am Sonntag. Suppression du siège de Strasbourg pour le Parlement européen, qui ne se réunirait plus qu’à Bruxelles, refus d’une assurance chômage européenne, refus de la mutualisation des dettes entre États membres, mais octroi à l’Union européenne d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU et mise en chantier d’un porte-avions européen : ses propositions ont de quoi alimenter des mois de controverses entre Paris et Berlin.

« AKK », comme l’appellent les Allemands, a pris le temps de la réflexion. Il lui aura fallu cinq jours pour réagir à la tribune sur l’Europequ’Emmanuel Macron a publiée dans les 28 pays de l’Union européenne. La répartition des rôles à Berlin est significative : le fait que la réponse émane de la CDU, et non de la chancellerie, montre que, du point de vue allemand, l’échange en cours s’inscrit dans le combat électoral et la politique partisane plutôt que dans les relations entre États. La lettre d’AKK est longue, argumentée et articulée autour d’un impératif : redonner à l’Europe sa capacité d’influence dans le monde face à la Chine et à l’Amérique. « Notre Europe doit être plus forte », écrit-elle.

Lire aussi Tribune de Macron : le PPE enthousiaste, la droite française beaucoup moins

La présidente de la CDU, qui ambitionne de succéder à Angela Merkel à la chancellerie fédérale dans un proche avenir, veut améliorer la capacité de travail de l’UE et supprimer ce qu’elle appelle des « anachronismes ». Pour cela, elle avance deux suggestions explosives : « le regroupement du Parlement européen en son siège de Bruxelles » et « l’imposition des revenus des fonctionnaires de l’UE ». La France, qui a toujours compté sur l’Allemagne pour résister à la volonté du Parlement européen de renoncer aux navettes incessantes entre Bruxelles et Strasbourg, risque de se retrouver bien isolée.

AKK dit tout haut ce que beaucoup d’Allemands pensent tout bas

Annegret Kramp-Karrenbauer réclame ensuite d’abandonner des idées de réformes qui entraveraient, selon elle, la capacité de l’UE à assurer la prospérité de ses citoyens. « Avant de distribuer les richesses, il faut les créer », souligne-t-elle. Elle s’exprime sans détour : « Nous devons miser résolument sur un système de subsidiarité et de responsabilité individuelle impliquant que chacun assume ses engagements. Le centralisme européen, l’étatisme européen, la mutualisation des dettes, l’européanisation des systèmes sociaux et du salaire minimum seraient la mauvaise voie. » La présidente de la CDU dit là tout haut ce que beaucoup d’Allemands pensent tout bas, et montre, par la même occasion, que son style de gouvernement sera bien différent de celui, réservé et prudent, d’Angela Merkel.

AKK veut que les efforts d’approfondissement de l’UE ne se résument pas à toujours plus de solidarité financière de l’Allemagne avec ses voisins. Elle entend renforcer la lutte contre le changement climatique avec un « pacte européen pour la protection du climat ». Elle souhaite créer un « marché commun des banques » en semblant oublier que c’est Berlin qui bloque, depuis des années, l’instauration d’une garantie bancaire européenne.

Améliorer d’urgence la capacité d’action de l’UE

Elle approuve explicitement Emmanuel Macron au sujet de la nécessité d’une politique commune d’asile et d’immigration. « Le sentiment d’appartenance commune et de sécurité en Europe a besoin de frontières extérieures sûres. Nous devons parachever Schengen », ce qui passerait par « un accord sur une protection sans faille des frontières », par « la mise en place d’un registre électronique des entrées et sorties » et par « le développement du système d’information Schengen ». En ce qui concerne l’immigration, elle entend que « la politique européenne soit réorganisée conformément au principe des vases communicants », ce qui implique que « chaque État apporte sa contribution à la lutte contre les causes [de la migration], à la protection des frontières et à l’accueil des migrants ». Elle précise cependant que « plus une contribution d’un État dans l’un de ces domaines est importante, moins elle pourra l’être dans les autres domaines ». En ce qui concerne la religion musulmane, elle réclame la création d’instituts universitaires européens de formation des imams « dans la tradition de la tolérance et des Lumières », car certaines interprétations de l’islam « ne sont pas conformes à notre conception d’une société ouverte ».

Lire aussi Macron sur l’Europe : « Il y a urgence »

AKK est la plus allante sur la politique de sécurité et de défense, alors même que le sujet est très controversé en Allemagne, surtout chez les Verts, ses partenaires potentiels de coalition. Elle lance l’idée d’un porte-avions européen commun « pour exprimer le rôle de l’UE comme puissance garante de la paix et de la sécurité dans le monde ». Son objectif global est que l’Europe « reste transatlantique tout en devenant plus européenne » et surtout qu’elle « améliore d’urgence sa capacité d’action ». Pour cela, elle approuve l’idée d’un « Conseil de sécurité » européen qui inclurait le Royaume-Uni, même après le Brexit, afin que l’Europe puisse définir sans délai des positions communes sur les grandes questions internationales. En Allemagne aussi, elle prône la création d’un « conseil de sécurité national chargé de définir les grandes lignes stratégiques ». Mais sa proposition la plus audacieuse concerne ici les Nations unies : elle veut que l’Union européenne dispose d’un « siège commun permanent au Conseil de sécurité de l’ONU ». Elle ne précise pas si, dans son esprit, ce siège devrait s’ajouter au siège français ou le remplacer alors que, du côté du SPD, on a déjà proposé de mutualiser le siège français.

Macron, plus un adversaire qu’un partenaire

Au passage, AKK lance une pique en direction d’Emmanuel Macron en refusant que la campagne électorale se résume à « la défense d’un statu quo européen imparfait contre les invectives des populistes ». À son avis, « la question, pour la plupart des citoyens européens, n’est pas d’être pour ou contre l’Europe ». Ce sur quoi elle entend débattre, c’est de « la manière dont l’Europe pourra affronter à l’avenir les grands défis, et comment son histoire couronnée d’un succès sans égal pourra s’adapter aux nouvelles conditions mondiales ». AKK entend bien incarner le camp démocrate-chrétien et refuse de se laisser enfermer dans un combat électoral qui opposerait progressistes et populistes. Dans cette optique, Emmanuel Macron est plus un adversaire qu’un partenaire. Au moins jusqu’au soir des élections, le dimanche 26 mai.