L’ONUDI promet d’accompagner la RDC dans la mise en place d’une politique industrielle robuste

Kinshasa, 03 fév.2019(ACP).- L’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) a renouvelé sa volonté et son engagement à « accompagner » la RDC, notamment dans ses efforts de « mise en place d’une politique industrielle robuste, accélérée et durable », indique le communiqué de cette organisation onusienne parvenu dimanche à l’ACP.

Selon ce communiqué, la mise en place de cette politique industrielle est nécessaire à la diversification économique, gage de création d’emplois et de richesses pour l’ensemble de tout le peuple congolais.

La même source indique également que  le gouvernement congolais a décidé de remettre à l’agenda  de l’ONUDI, des priorités gouvernementales de la problématique industrielle, laquelle bénéficie d’un accompagnement effectif au niveau des partenaires et de l’ONUDI.

Elle signale qu’en novembre 2015, l’Union européenne et l’ONUDI avaient appuyé le ministère congolais de l’Industrie dans le lancement du Programme régional  de  mise à niveau de l’industrie (PRMN) de l’Afrique centrale en RDC, en partenariat avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Ce programme, souligne la source, a pour objectif de soutenir la dynamique de mise à niveau, d’amélioration de la compétitivité du tissu industriel et de création de nouvelles entreprises, à travers une assistance technique fondée sur un ciblage adéquat des secteurs prioritaires.

Il permet aussi d’améliorer l’environnement des entreprises, tout en assurant le renforcement des capacités des structures d’appui et des consultants nationaux.

Ce programme bénéficie de l’appui financier de l’Union européenne, à travers le programme indicatif régional Afrique centrale qui s’adresse à la CEMAC et à la CEEAC. Son exécution technique est assurée par l’ONUDI, souligne la source.

Pour rappel, les pillages de tristes mémoire intervenus au pays en 1992 et 1993 ont détruit le tissu économique de la République Démocratique du Congo.

Les investisseurs avaient plié bagage, laissant derrière eux des chômeurs dont les familles dépendaient des revenus desdites sociétés. Il a fallu attendre 2001 pour que les investisseurs reviennent au pays surtout dans le secteur minier, indique-t-on.

ACP/Zng/Mpk